Naish 2019 au shop

Publié: 9 juin 2018 dans Non classé
Tags:, , , , , , , , , , , ,

Ça y est après la sortie des kites Ride, Dash et Boxer, c’est le reste de la gamme qui est dévoilée : kite, windsurf, SUP, et foil.

On a tout essayé fin mai a tarifa en présence des rider de la marque et le matériel arrive d’ici la fin du mois dans votre magasin préféré https://cliniquedelaplanche.com/

Voici le report en video de Kevin Langeree :

Pour le kite :

Le point commun cette année sur l’évolution des kites et l’allègement général, en effet depuis l’introduction du quad tex en 2017 la marque ne cesse de faire évoluer la constructions des kites. L’utilisation du dacron est de moins en moins nécessaire.

Sur l’eau ça se ressent beaucoup evidement sur la boxer (kite mono latte) mais aussi sur le reste de la gamme, ce gain de poids (environ 7%) rend les kites plus stable et plus maniable notamment en plage basse. Au niveau construction un nouveau fil exclusif permet de renforcer énormément le kite et ainsi d’augmenter les pressions de gonflages recommandées.

La gamme est simple :

La pivot est le kite a tout faire vainqueur du king of the air 2018. Kite 3 lattes léger maniable et très puissant pour la meilleur plage d’utilisation

La ride est le kite accessible que l’on connais depuis longtemps chez naish. Bon marché simple et efficace il est encore mieux depuis le quad tex toujours léger en barre avec une puissance douce.

La boxer est le kite parfait mono latte a la différence de airush avec la ultra ou north et la mono Naish n’a pas eu besoin d’utiliser de dacron ou de structure en dyneema pour maintenir la structure de son kite car le quad tex apporte la rigidité suffisante. Sur l’eau la boxer est impressionnante facile a redécoller légère en barre et c’est réellement le kite parfait pour naviguer sous toilé mais pas que. En effet le vent limité a 15 nds nous a obligé a utiliser la 16 m pour tester les twin tip toilé correctement et le kite se tien tres bien il porte en saut et fait parti des mono lattes qui faseille le moins.

La slash est le pure kite de vague performance elle est très légère en barre rapide et le drift est bon mais c’est un kite plus technique et si vous cherchez un kite facile mieux vaut vous diriger vers la boxer ou la pivot.

La dash est le kite freestyle polyvalent l’accent as été mis pour avoir un maximum de ressource en kite loop et une plage haute presque sans limites, c’est un kite léger en barre qui sera facile a déhooker.

La torch pour sa part a suivi les évolutions de toutes la gamme et reste le C shape haut de gamme pour le freestyle.

Du coté des barres elles ont un nouveau V pour distribuer les lignes avant, toujours les lignes 2018 (les plus solides du marché) et une nouvelle procédure de traçabilité et de contrôle qualité.

Les twin tip sont dans la lignée des version précédentes avec quelques évolutions de shape pour le contrôle et la répartition du flex sur toute la board et les apex sont toujours les strap premium bien que toujours en taille unique.

Les surf sont toujours composé de la go to planche de surf polyvalente et la globale pour les plus radicaux d’entre vous ainsi que la skater pour du freestyle strapless celle ci a gagné en glisse et en vitesse.

Pour les foils : clairement dans ce domaine le modèle qui fait l’unanimité est le surf foil qui existe en 3 tailles M, L, et pour 2019 XL Le L conviens a 80 % des gens et pour les plus lourds et une pratique en downwind sans kite le xl portera plus

C’est le seul foil que j’ai essayé qui marche sur tout support surf, kite et windsurf. Il porte beaucoup est très maniable et stable dans les virages. Il est évolutif tout est disponible et compatible mat 55 70 90 cm ou carbone 80 et 100 ailes et stab. C’est une vrai alternative au go foil pour ceux qui cherchent a faire du foil dans les vagues et le tarif est plus abordable avec toutes les pièces disponibles pour évoluer. Un petit plus en option cet année le système de montage abracadabra permet toujours avec une platine de mettre le foil ou de l’enlever a l’aide d’une seul vis.

 

 

En windsurf nous n’avons pu essayer que le foil, le vent ne permettait pas de naviguer en vague ou freeride et c’est une bonne surprise pour ce foil ludique et accessible. Une nouvelle planche en 142l fait son apparition pour les plus lourds. Le principe est simple du fun même par vent faible.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Pour le stand up paddle :

La gamme ressemble beaucoup a l’année précédente et les shapes qui marchent et qui ont fait leur preuve. La maliko pour la race, les nalu pour le surf longboard style et la balade la mana pour la facilitée et hokua et mad dog pour le surf shortboard. les foils hover en surf et en sup fonctionnent avec le surf foil évoqué précédemment.

Publicités

Test wind foil board

Publié: 22 mai 2018 dans Non classé
Tags:, , , , , , ,

En 2018 de plus en plus de planches dédiés a la pratique du wind foil voient le jours. Pour le moment nous avons testés la Jp 135 et la starboard 122 nous n’avons pas encore eu l’occasion de tester la exocet foil pour comparer bien que disponible au magasin.

Les lignes de développement des marques sont assez différentes entre les marque bien que quelques constantes sont observables comme le pont plat qui est un atout majeur pour la pratique du foil en confort. Chez fanatic par exemple nous avons préféré la gecko a la blast pour l’utilisation en foil pour cette raison.

La Jp 135 et la exocet ont été développées pour la performance en foil alors que la starboard se veux plus polyvalente et ça ce ressent tout de suite sur l’eau la jp avec son arrière très large et les strap très excentrés du foil permettent de prendre facilement de la contre-gîte notamment avec des foil très profond avec un mat de 1m ou plus.

La starboard qui a été développée pour le freeride as une largeur moins importante qui la rend plus joueuse et plus facile a contrôler sur un plan d’eau agité sa largeur plus réduite la rendent idéal pour des foils équipés de mat court mais nous l’avons essayé avec un starboard race et son mat de 95 qui passe très bien aussi. On peu remarquer que sur la planche tout a ete travailler pour avoir le meilleur départ planning possible sans l’encombrement d’une planche large les rails sont bien carrés et épais au contraire de l’exocet et sur l’eau ça marche car la glisse de la planche avant le planning est très bonne.

 

 

Ion Jump Session

Publié: 14 mai 2018 dans Non classé

Bonjour à tous !
C’est le retour de la ION JUMP SESSION dimanche 27 mai avec un report possible le 10 juin si les conditions ne sont pas au rendez vous ! Le programme reste le même que lors des éditions précédentes pour ce rassemblement 100% jumps :  un clinic pour apprendre ou perfectionner le forward, des tests de matos avec la Clinique de la Planche et FANATIC / NORTH, et un jump contest qui récompensera les meilleures manœuvres, high jumps, ainsi que la plus belle gamelle, le tout dans la bonne humeur !
En fonction des conditions, le rendez vous sera fixé à Veulettes, aux Petites Dalles, ou à Antifer, avec une pré-alerte le mercredi, et une confirmation le vendredi soir. Les informations sont à suivre   sur le site funboard76.com et sur le Facebook du magasin la Clinique de la Planche : https://www.facebook.com/cliniquedlplanche/
La participation est gratuite pour les adhérents à l’association Funboard 76, possibilité de prendre son adhésion sur place (cotisation de 10 euros)
Renseignements : tomdaum@hotmail.com

Notre champion Local de Stand Up Paddle Martin VITRY profite d’une courte escale chez lui en Normandie, entre 2 compétitions internationales, pour partager, au sein de son club OCEAN à Ouistreham, sa passion du Paddle auprès de jeunes et des moins jeunes à qui il donnera des conseils sur la pratique de ce sport de glisse et pourra échanger autour de sa vie de SUPer professionnel. Des Tests de la Marque SIC, qui l’accompagne sur son parcourt sportif, seront organisés ce jour là en collaboration avec le magasin Clinique de la Planche à Caen.


Image  —  Publié: 9 avril 2018 dans Non classé


Une famille de la région caennaise, en Normandie, Christophe 45 ans, Anne
39 ans et leur fille Elena 5 ans, a parcouru l’Asie pendant 3 mois avec dans leur
bagage, le St arboard Drive 10,5×30.

C’est avec les conseils avisés de Pierre Adrien de la Clinique de la Planche à
Caen, que le choix se porte sur ce SUP (Stand Up Paddle), compromis entre ballade
et surf.

 

Portrait :
Tous deux passionnés de SUP, il paraît impensable de partir sans. Christophe
pratique le SUP race depuis 10 ans et a su le développer en Normandie, en ouvrant
des créneaux d’entraînements (débutants, loisirs, sportifs), il y a 5 ans, au sein du
club OCEAN Colleville Montgomery – Ouistreham où il est éducateur sportif. Avec
plusieurs participations aux Championnats de France, il a entraîné avec lui, une
cinquantaine de licenciés sur le circuit français. Anne a suivi le mouvement, avec un
titre de championne Régionale 12’6, elle concoure également sur les compétitions
nationales.

Retour sur le voyage :
C’est d’abord en Thailande, sur l’île de Ko Kut (au sud est de Bangkok), que
nous posons nos valises. Plages de sable blanc à perte de vue et eaux cristallines.
Nous gonflons immédiatement le SUP pour nous mettre à l’eau sous l’œil amusé des
touristes présents. Nous profitons des eaux limpides à plus de 30°C pour des
ballades jusqu’au coucher du soleil. Le SUP nous permet également de nous
éloigner afin de plonger sur les récifs pour admirer la magnifique faune et flore
marine.

Une semaine se passe et notre prochaine destination nous attend. Nous
plions le SUP et partons vers le Nord, Chang Mai et le fameux Triangle d’Or, visite
des temples et promenade à dos d’éléphants.
La mer nous manque, nous mettons donc le cap vers l’île de Phuket. Phuket,
paradis méconnu pour le surf et pourtant… Nous sommes arrivés tard le soir et c’est
avec un agréable son de vagues que nous nous réveillons. Notre hôtel, situé sur la
plage de Karon, nous offre une merveilleuse vue sur le spot. On saute dans nos
maillots et allons surfer cette petite houle de 1 mètre.

Déjà un mois en Thailande, prochaine escale, le Vietnam. Visite, à bord d’une
jonque, de la mythique Baie d’Halong et Christophe ne résiste pas à l’idée de faire un
petit tour dans ce majestueux décor de montagnes, décimées au milieu de la baie.
C’est donc à l’aube qu’il part admirer le lever du soleil sans se douter que le
capitaine de la jonque décide entre temps de changer de mouillage. N’appréciant
pas beaucoup cette petite escapade, il décide aussitôt de démarrer l’annexe pour
récupérer notre fugueur avec en prime, quelques remontrances vietnamiennes. Le
lendemain, une sortie kayak nous est proposée dans la baie de l’île aux singes.

Après plusieurs minutes de négociation, le staff nous autorise à utiliser le SUP.
J’embarque donc avec elena sur le kayak afin d’admirer tous ces macaques
suspendus au dessus de l’eau tandis que christophe crée l’attraction auprès des
nombreux touristes chinois.

Direction ensuite le centre du Vietnam et les plages de Hoi An, la ville aux
lampions. Les marques du cyclone, passé le mois dernier, sont encore présentes.
Beaucoup de détritus et une mer de Chine très agitée ne nous permettant pas de
sortir le SUP.
Après une escalade rapide à Ho Chi Ming avec sa chaleur et sa circulation,
nous mettons le cap à regret sur le Cambobge. A regret, car nous avions prévu
initialement une visite de Bali et ses légendaires spots de surf mais le volcan en a
décidé autrement.
Toujours avec l’objectif de profiter du bord de mer, nous atterrissons à
Sihanoukville. Située au sud du Cambodge, c’est une région en plein essor
touristique un peu débordé par ses déchets qui s’accumulent le long des routes, des
restaurants, des maisons au plus grand bonheur des rats…
Pas de vagues, mais le SUP c’est aussi le partage. Les enfants se
rapprochent de nous avec les yeux remplis de curiosité, bientôt rejoints de leurs
parents qui veulent essayer. Beaucoup de rires à l’issue des premières chutes et
aussi d’admiration et de fierté lorsque la pagaie est apprivoisée.

Thaïlande pour la fin de l’aventure.
C’est avec fascination à notre arrivée, que nous admirons les formations
calcaires de Krabi créant des montagnes sorties de terre recouvertes de végétations
plus que luxuriantes. Loin de nous l’idée de prendre des taxi boats pour atteindre les
plages de Railay, c’est avec notre SUP que nous prenons le large tous les trois.
Elena installée à l avant sur le sac, Christophe à la pagaie et mes palmes et moi à la
propulsion arrière. C’est avec les yeux ronds que les plagistes nous observent ainsi
partir… Après 3 kilomètres au départ de la plage de Ao Nang, nous arrivons sur une
petite crique qui jouxte celle trop fréquentée. Le SUP c’est également la liberté dans
les déplacements offrant la quiétude de l’endroit.

Nous choisissons Khao Lak (Région Andaman) pour finir notre séjour et
passer les fêtes de fin d’année. Quelle surprise que les vagues soient au rendez
vous. Pas de grosses mémères mais quelques lignes de 80 cm bien propres. Nous
profitons de ses belles cotes pour des ballades nous offrant aussi de belle rencontre
avec les tortues.
Avant de retrouver le froid hivernal de la métropole, nous prenons un bateau
en direction des iles Similan, à 60 km des côtes. Paradis de la plongée, les îles nous
offrent des images pleins les yeux (tortues, poissons licorne, perroquet, coffre…).
Nous sommes très satisfaits du choix du Starboard Drive 10,5×30, polyvalent
et stable. Le sac de transport s’avère pratique pour voyager. Il est léger et assez
grand pour y ranger le matériel de plongée (masque, palmes, tuba).


Image  —  Publié: 26 janvier 2018 dans Non classé